Search

Les bons réflexes des approches des sommets

Selon les sommets, diverses stratégies sont envisageables. Elle peut consister, par exemple, à passer une nuit en refuge, pour une ascension qu’on pourrait effectuer dans la journée depuis la vallée. Dans tous les cas, le paysage appartiendra à celui qui se lève tôt, l’idéal (difficile à atteindre) étant de parvenir au sommet au lever du soleil.

N’hésitez donc pas à mettre le réveil, quitte à effectuer l’acheminement en voiture de nuit, voire même une partie de la marche d’approche à la lueur de la frontale, si du moins elle s’y prête. Si vous prenez un téléphérique, essayez de prendre la première benne. Mieux encore: le bivouac ! Certes, on ne saurait conseiller cette solution à tout le monde. Elle impose un minimum de sens de la montagne, du matériel, de gros sacs et aussi, cela va de soi, la capacité à supporter un certain inconfort. Toutes les montagnes ne s’y prêtent pas. Mais ces inconvénients sont largement compensés, surtout si on peut passer la nuit à proximité même du sommet en question. Je connais des randonneurs qui pour rien au monde ne manqueraient cette expérience, lorsqu’ils ont l’occasion de l’accomplir…

La solitude d’une soirée où la montagne est à soi seul, la beauté du coucher de soleil loin de tout, la nuit étoilée dans la paix des sommets, et enfin l’heure tant attendue du petit jour, de l’aurore et du lever du soleil (qui est aussi le moment le plus froid) constituent une expérience qu’on ne risque guère d’oublier !

randonnée, plaisir randonnée, réflexes approches sommets, profiter paysages randonnée, réflexes randonneurs




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *